Le triple A gagnant de la distribution de fonds

Wort, 19 September 2017

En 2017, de nombreux marchés sont sortis de l'ornière, la reprise de la croissance mondiale et la faiblesse du dollar américain ont dopé les perspectives. Les pays émergents entrent dans une ère qui leur est favorable. Pour les gestionnaires de fonds, ces marchés présenteront dans un avenir proche de belles opportunités. Regards prospectifs sur l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie.

L'Afrique en transformation

Les économies africaines se sont engagées sur la voie de la diversification. L'hégémonie des matières premières et des secteurs exportateurs est révolue et permet au continent d'accélérer ses réformes structurelles. Signe de ce changement : la majorité des investissements étrangers - en hausse continue - est désormais consacrée à des projets dans le secteur des services.

Le paysage africain de la distribution de fonds est dominé par de grandes banques.  À mesure que les conditions économiques sur le continent favorisent une culture de l'épargne, le marché des fonds de pension et des assurances devrait prendre de l’ampleur, à l’exception de l'Afrique du Sud. Alors que les banques restent les plus grands pourvoyeurs de fonds, le taux de croissance de leurs actifs devrait être inférieur à ceux proposés par les autres secteurs au cours des prochaines années à la faveur de nouvelles entreprises et de réformes structurelles.

In situ, l’industrie des fonds et de la gestion de patrimoine est entre des mains africaines. C’est par la porte d’acquisitions ou de partenariats que les acteurs étrangers peuvent pénétrer les marchés domestiques. Véritable eau bénite pour les distributeurs locaux qui ont en toute légitimité l’opportunité de promouvoir leurs stratégies d'investissement sur les marchés internationaux tout en distribuant des fonds étrangers sur leur territoire.

En matière de véhicules, les fonds de pension connaissent une croissance accélérée et régulière depuis 2006. Cela devrait se poursuivre dans les prochaines années même si le taux de pénétration actuel atteint péniblement les 3,5% de PIB. Une tendance qui devrait changer au fur et à mesure que les économies africaines arrivent à échéance et que les régimes de retraite privés prennent de l’ampleur.

La diversification du marché a conduit à l'émergence d'un certain nombre de nouvelles plateformes et de canaux de vente directe. C’est notamment le cas des banques locales et de leurs filiales de gestion d'actifs qui tendent de plus en plus à se dématérialiser avec l’avènement des services mobiles.

Question digitalisation, l’Afrique s’y est pleinement plongée. Les services mobiles, en l’occurrence, sont en passe de prendre le pas sur les canaux traditionnels. Cette lame de fond va indéniablement augmenter l'efficacité du secteur financier à la faveur d’une population férue de services bancaires mobiles, particulièrement au Kenya, en Côte d'Ivoire, au Botswana et en Afrique du Sud. L'émergence de ces solutions fournit aux distributeurs non seulement un accès facile à une grande quantité de clients mais aussi des avantages de réduction des coûts.

L'Amérique latine : la diversification des actifs passera par la voie internationale

Avec plus de 300 milliards de dollars de nouveaux actifs sous gestion (dégagés à la faveur de programmes de divulgation volontaire), l’Amérique latine a un besoin pressant de stratégie d'investissement. C’est le cas du Brésil et de l’Argentine, où les acteurs de la gestion d’actifs peinent à répondre aux demandes d’une nouvelle clientèle, faute de véhicules. L'accumulation rapide de richesse couplée à l’émergence d’une nouvelle génération de clients rend nécessaire la création d’un environnement favorable aux entreprises locales et internationales ainsi que le développement d’une nouvelle culture d'investissement basée des véhicules réglementés et / ou des fonds fermés. Les économies les plus importantes d'Amérique latine (p. ex. : le Brésil, le Mexique, l'Argentine, la Colombie et le Pérou) sont en bonne voie. En effet, ces marchés travaillent actuellement de concert sur une initiative régionale des marchés de capitaux visant à exploiter une demande croissante de financements internationaux.

Le modèle global de distribution de fonds est considéré comme l'une des possibilités de fournir aux investisseurs locaux des stratégies internationales afin de combler une lacune de catégories d'actifs et d’offrir davantage de diversification. En tête de gondole : l’Argentine s’est lancée dans une réforme de son marché de capitaux afin de faciliter les flux de capitaux au niveau international. Si cette refonte porte ses fruits, les investisseurs argentins devraient détenir plus de 500 milliards de dollars à l'étranger.

 L'Asie en phase de consolidation

L'Asie est un grand continent et les tendances y sont protéiformes. Singapour, Taiwan et Hong Kong partagent, toutefois, les UCITS en commun. Et ce sont les banques, les consultants indépendants, et autres « family offices » qui se taillent la part du lion sur des marchés relativement institutionnels, bien que le segment de clients très fortunés se forme en douceur.

La Chine se différencie, quant à elle, par sa taille et tend à donner le ton pour l’ensemble des marchés moins sophistiqués comme la Malaisie ou le Vietnam. Si les banques sont incontournables dans la distribution de fonds classiques, les plateformes de distribution digitales explosent. Le désormais incontournable Alibaba est le témoin de cette nouvelle vague. Côté clientèle, la Chine est un véritable vivier de grosses fortunes, plus communément appelés « (Ultra) High Net Worth Individuals ». Ce segment pourrait radicalement changer le visage actuel de la distribution :

  • Augmentation exponentielle de la distribution via la banque privée : l'ensemble de l’industrie devrait aller vers davantage de sophistication pour répondre aux besoins pressants de cette clientèle fortunée avide de rendement.
  • Internationalisation : Tant que la Chine n’a pas stabilisé son développement et construit un marché sophistiqué, cette population sécurisera ses investissements en dehors de la Chine en misant sur des « family offices » à Hong Kong et à Singapour.
  • Création d'un écosystème plus favorable à la gestion d’actifs : le pays prend de nombreuses initiatives pour stimuler l'industrie des fonds pour répondre aux besoins de cette clientèle. Avec un tel écosystème, des acteurs internationaux pourraient s’établir et assurer son rayonnement.

Egalement confrontée à une population vieillissante, la Chine mise sur le fonds de pension, "la corde de sécurité" des gens ordinaires, qui pourrait, à l’avenir, offrir davantage de rendements et être attractif pour les gestionnaires d’actifs.

Contact us

Youcef Damardji
Communications & Media Relations , PwC Luxembourg
Tel: +352 49 48 48 5821
Email

Follow us