Carte blanche économique mat PwC Lëtzebuerg

Nummer 21: Brexit - wann daat, waat eigentlech keen wollt, dach geschitt, 29/06/2016

 

RTL: Den 23. Juni hunn 51,9% vun den Englänner fir den "Brexit" ofgestëmmt. Ass Groussbritannien dann elo aus der EU eraus?

François Mousel: Obwuel dësst no enger einfacher Fro kléngt, ass et alles aanescht ewéi kloer. Am Moment wees keen ween kann an wärt den berühmten Artikel 50 vum Traité invoquéieren. Den Vote vum 23. Juni, deen esou vun kengem richteg erwaart ginn ass, huet Groussbritannien an eng existentiell Kriis bruecht, bedeit eng grouss Onsécherheetsperiod och fir d’EU an den Rescht vun der Welt, an huet gewisen waat fir déif Grief an eisen haitegen westlechen Gesellschaften bestinn. Esou komesch wéi et kléngt, an mengen Aan spillen zum Deel déi selwecht Facteuren beim Brexit Vote eng Roll ewéi bei eisem Referendum 2015.

RTL: Waat mengt dir domadder?

François Mousel: D'Spannungen tëschent der Haaptstad als internationalem Finanzzentrum an dem Land oder tëschent deenen mat guddem Schouloofschloss an deenen ouni, gekoppelt un populistesch gefouerten Campagnen wou dem Wieler esou ze soen sollt diktéiert ginn waat dann den "richtegen" Vote ass, hunn bei eis wéi op där aaner Säit vum Armelkanal vill "Neen" Kräizer provozéiert.

RTL: An elo - wéi geet et virun?

François Mousel: Ganz schwéier viraus ze soen. An Groussbritannien selwer huet een d’Impressioun, dass alles drunn gesaat gëtt fir nët den Stecker ze zéien, well et évident ass, dass dësst eng Oofspaltung vun Schottland an honnertdausenden Nationalitéitenwiessel z.B. no Irland kinnt bedeiten, plus ab deem Moment eng méi schwaach Verhandlungspositioun. Bei verschiddenen Länner aus der EU schéngt een sech ze soen, dass et villaicht kuerzfristeg gudd ass, un Groussbritannien en Exempel ze statuéieren. Dësst, fir den Populisten am eegenen Land déi négativ Konsequenzen vun enger Isolatioun ze weisen an domadder hinnen den Teppech ënnert den Féiss ewech ze zéien. Kuerzfristeg wärt d’Situatioun Lëtzebuerg éischter an d’Hand spillen - duerch eis kleng Gréisst kënnen och schon e puer Relokalisatiounen vun Betriiber e groussen Impakt hunn.

D’Art a Weis wéi den Brexit am Moment ugaangen gëtt, besonnesch an Groussbritannien selwer, ass awer en signifikanten Réckschlaag fir d’Demokratie an d’Glaafwierdegkeet vun der Politik. An d’Liewen geruff aus perséinlechen politeschen Motiver vun engem Ex-Premier, méiglech gemaach duerch d’Premier Ambitiounen vun engem Ex-Buergermeeschter deen sech sénger Verantwortung elo entzitt an absolut onräsonabel Virstellungen zum Ausdrock bréngt - d’Maximisatioun vun den Eegeninteressen ad extremum féiert eben am richtegen Liewen nët ëmmer zum bäschten Resultat fir d’Gesellschaft.

RTL: On 23 June, 51.9% of Britons voted “leave”. Is the UK then out of the EU now?

François Mousel: Although this may sound like a straightforward question, things are all but clear. For the time being, no one knows who can and will trigger the famous Article 50 of the Treaty. The outcome of the EU referendum on 23 June, which took almost everyone by surprise, has thrown the UK into an existential crisis. It has also ushered in a period of great uncertainty for the EU and the rest of the world and has brought to light the deep-rooted grievances that exist in today's western societies. Strange as it may sound, in my opinion, some of the same factors which played a role in our referendum held in 2015 also played a role in the Brexit vote.

RTL: What do you mean by that?

François Mousel: The tensions between the capital city as an international financial centre and the rest of the country or between those with good qualifications and those without, combined with populist campaigns which - so to speak - told voters what the "right" vote should be, have resulted in many voters ticking the "no" box, both here and on the other side of the Channel.

RTL: What's going to happen next?

François Mousel: This is very difficult to predict. In the UK itself, one feels that everything is being done to avoid pulling the plug, because this could obviously result in Scotland becoming independent or in hundreds of thousands of people changing citizenship to become Irish for instance. This would also weaken the country's bargaining position. In several EU Member States the thinking seems to be that, in the short term, making an example of the UK would be a good thing. This would show this country's populists the negative consequences of isolationism and would pull the rug out from under their feet. In the short term, the situation would also be beneficial for Luxembourg: for a small country like ours, a few businesses relocating here would already have a significant impact. The way Brexit is currently being handled, particularly in the UK itself, is however a major blow to democracy and to the credibility of politicians. Brexit was born out of a former Prime Minister’s personal political ambitions and was made possible by a former mayor with prime ministerial aspirations who is evading responsibility and expressing completely unreasonable ideas - the maximisation of self-interest does not always yield the best results for society in real life.

RTL : Le 23 juin dernier, 51,9 % des Britanniques se sont prononcés en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le Royaume-Uni ne fait-il donc plus partie de l’Union européenne ?

François Mousel : Même si cette question semble simple, les choses sont loin d’être claires. Pour l'instant, personne ne sait qui peut et qui va invoquer la fameux article 50 du Traité. Le résultat du référendum du 23 juin - qui a pris presque tout le monde par surprise - a plongé le Royaume-Uni dans une crise existentielle, a marqué le début d’une période de grande incertitude pour l’UE et pour le reste du monde et a montré qu’il existe des griefs profonds dans nos sociétés occidentales d’aujourd'hui. Aussi étrange que cela puisse paraître, à mon avis, les mêmes facteurs qui sont intervenus lors de notre référendum en 2015 jouent également en partie un rôle dans le vote sur le Brexit.

RTL : Qu'entendez-vous par là ?

François Mousel : Les tensions entre la capitale en tant que place financière internationale et le reste du pays ou entre les personnes disposant d’une bonne formation et celles qui n’en ont pas, le tout conjugué à des campagnes populistes voulant pour ainsi dire imposer aux électeurs la « bonne » façon de voter, ont conduit de nombreux électeurs, chez nous comme de l’autre côté de la Manche, à cocher la case « non ».

RTL : Que va-t-il désormais se passer ?

François Mousel : Ceci est très difficile à prévoir. Au Royaume-Uni en lui-même, on a l’impression qu’on met tout en œuvre pour ne pas que le pays sorte effectivement de l’UE, car il est évident que ceci pourrait signifier l'indépendance de l’Écosse ainsi que des centaines de milliers de changements de nationalité en faveur de la nationalité irlandaise par exemple, sans parler d’une position de négociation affaiblie. Dans différents États membres de l’UE, on semble dire qu'il serait peut-être bénéfique à court terme de faire du Royaume-Uni un exemple. Ceci permettrait de montrer aux populistes de ce pays les conséquences négatives d’un isolationnisme et de leur couper ainsi l’herbe sous les pieds. À court terme, la situation serait plutôt avantageuse pour le Luxembourg - en raison de la petite taille de notre pays, quelques relocalisations d’entreprises pourraient déjà avoir un impact important. La façon dont ce Brexit est abordé, particulièrement au Royaume-Uni lui-même, porte néanmoins un coup à la démocratie et à la crédibilité de la classe politique. Le Brexit est né de motifs politiques personnels d’un ancien premier ministre, a été rendu possible par l’ambition qu'un ancien maire nourrit de devenir premier ministre, mais qui se décharge maintenant de ses responsabilités et qui exprime des idées absolument déraisonnables - l'exacerbation des intérêts propres ne conduit pas toujours dans la vraie vie au meilleur résultat pour la société.

 

Click here to discover our previous editions