Recrutement dans le secteur financier : embellie au niveau mondial, perturbation passagère au Luxembourg

Spécialistes des jeux vidéo, des relations avec les pouvoirs publics et des médias sociaux figurent parmi les profils les plus recherchés

Selon le rapport mondial de PwC intitulé Remoulding your workforce for a new marketplace, les chefs d'entreprises du secteur financier songent à nouveau à embaucher. Menée auprès de 338 dirigeants de 53 pays différents, l’enquête montre que plus de la moitié d'entre eux (56%) ont prévu de recruter au cours de l'année à venir. Des perspectives optimistes se dessinent à mesure que la reprise s'accélère dans les marchés développés et que la confiance dans le secteur financier augmente. Au Luxembourg cependant, l’heure est à la prudence.

Christian Scharff, associée et HRS Leader, PwC Luxembourg, déclare : « La situation au Luxembourg reste tendue en raison, notamment, de la prochaine mise en place de l’échange automatique d’information, largement anticipée par le secteur. Mais les profils commerciaux très pointus techniquement pour l’activité de gestion patrimoniale ainsi que les profils des fonctions de contrôle et juridique figurent parmi les plus demandés. »

Au niveau mondial, l’étude révèle que lorsque les entreprises du secteur financier recrutent, les profils recherchés, les endroits où ils vont les chercher et leur façon de les gérer sont différents de la précédente reprise de l'embauche et de la croissance. Les entreprises du secteur financier renforcent le profilage et l’expérience client. Dans ce contexte, les responsables du secteur ont prévu de recruter des employés d'horizons très divers, y compris du personnel ayant travaillé dans des sociétés internet ou de médias sociaux ou dans des cabinets d’études marketing. Selon le rapport, les créateurs de jeux vidéo intéressent les entreprises du secteur financier, notamment celles cherchant à rendre leurs services digitaux plus attractifs.

Plus de 60% des chefs d'entreprises du secteur financier considèrent la criminalité en ligne comme une menace pesant sur leur croissance. « Il est essentiel de recruter des employés ayant une expérience et des capacités dans les nouvelles technologies et leur sécurisation afin de pouvoir anticiper les menaces liées à la cybercriminalité. Il est également fondamental de veiller à ce que la sécurité informatique devienne l’affaire de chacun et non plus seulement celle des services informatiques. Il faudra prévoir des formations, au-delà des simples sensibilisations, et des évaluations dans ce domaine, » explique Vincent Villers, associé et IT Security leader.

Répondre aux besoins des clients du secteur public

Dans un contexte de surveillance accrue et de renforcement de la réglementation, plus de 40% des chefs d'entreprises du secteur financier interrogés estiment que leurs relations avec les pouvoirs publics se sont détériorées au cours des cinq dernières années – contre 18% d'entre eux qui estiment que leurs relations avec leurs clients se sont dégradées.

« Il est fondamental de disposer des bonnes personnes afin de gérer les relations avec les pouvoirs publics, particulièrement lorsqu'il s'agit d'encourager une culture d'intégrité et de transparence dans la façon d'appréhender les risques. Les entreprises du secteur financier vont recruter davantage de personnes ayant une expérience de la fonction publique et des ONG, car les relations avec la société civile et l’administration sont en train de devenir aussi importantes que les relations avec les investisseurs, » poursuit Christian Scharff.

Selon le rapport, rétablir le dialogue avec le public et renforcer sa réputation auprès des autres entreprises du secteur financier sont toujours deux domaines d'actions prioritaires pour les chefs d'entreprises. 70% des responsables du secteur sont conscients de la nécessité de répondre aux besoins de la société tout en maintenant un juste équilibre entre les intérêts des différentes parties prenantes.

Christian Scharff déclare encore : « Les entreprises du secteur financier repensent leurs valeurs et objectifs clés pour mieux tenir compte de leurs clients et, plus largement, de l'ensemble de la société dans leur démarche d'expansion de leur modèle d'entreprise. »

Parmi les autres constatations du rapport figurent notamment les points suivants :

  • La génération Y a la bougeotte – D'après les recherches de PwC, à peine 10% des membres de cette génération travaillant dans le secteur financier ont l'intention de rester à leur poste sur le long terme. Les entreprises devront affiner et personnaliser leurs modèles uniformes de fidélisation du personnel pour que ceux-ci répondent aux besoins des employés individuels.
  • Davantage de flexibilité – L'urbanisation accrue des marchés en expansion, particulièrement en Inde et en Chine, a non seulement créé des exigences en matière d'infrastructures mais a également mis un accent plus important sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les employés s'attendent à une flexibilité accrue quant à la façon d'exercer leurs activités et à l'endroit où ils peuvent les exercer.
  • Automatisation perfectionnée – Les développements informatiques mettront prioritairement l'accent sur la réalisation de solutions répondant à des besoins plus complexes tels que les pensions et les hypothèques. L'automatisation a également atteint des domaines à forte valeur ajoutée tels que les transactions, l'analyse des crédits et l'émission de polices d'assurance.

Réactions lentes

Près de 60% des chefs d'entreprises du secteur financier considèrent la disponibilité limitée de compétences comme étant un frein à la croissance. Pourtant, à peine un quart des personnes interrogées ont commencé à modifier leur stratégie de recrutement et seulement 35% d'entre elles pensent que les ressources humaines sont disposées à effectuer les changements nécessaires.

Il ressort du rapport que certaines entreprises du secteur financier sont freinées par l'ampleur considérable des changements nécessaires. D'autres pourraient quant à elles éprouver des difficultés à répondre aux tendances et défis en matière de recrutement et de gestion des compétences et à adapter en conséquence leur stratégie en matière de ressources humaines.

« Les entreprises du secteur financier doivent communiquer davantage sur leur image, notamment auprès de personnes travaillant dans le secteur public, dans l'industrie et dans des sociétés technologiques. Les ressources humaines doivent être à la pointe de ces changements en estimant quelles compétences seront nécessaires, en développant de nouvelles façons de mobiliser et de motiver le personnel et en accompagnant la transition vers un suivi des performances en temps réel et vers une réponse immédiate, » déclare Christian Scharff en guise de conclusion.

Vous pouvez télécharger l’étude Remoulding your workforce for a new marketplace sur http://www.pwc.lu/en/hr/publications-global.jhtml


Notes to the editor:

  1. PwC Luxembourg (www.pwc.lu) est le premier cabinet de services professionnels au Luxembourg, employant 2300 personnes originaires de 57 pays différents. PwC Luxembourg fournit des services en matière d'audit, de fiscalité et de conseil, comprenant notamment des services de conseils en gestion, en transactions, en financement ainsi que des services de conseils portant sur des aspects réglementaires. La firme fournit ces conseils à une clientèle très variée allant des entrepreneurs locaux et des PME aux grandes multinationales ayant leurs activités au Luxembourg et dans la Grande Région. La firme aide ses clients à créer la valeur qu'ils recherchent en contribuant au bon fonctionnement des marchés de capitaux et en fournissant des conseils privilégiant une approche sectorielle.
  2. Le réseau international PwC est le plus important prestataire de services professionnels dans les domaines de l'audit, du conseil fiscal et du conseil en gestion. Nous sommes un réseau de firmes indépendantes présentes dans 157 pays et comptons plus de 184 000 collaborateurs. Faites-nous part de vos enjeux et consultez nos sites de référence : www.pwc.com et www.pwc.lu pour davantage de précisions.