N'oublions pas les basiques


Par Marc Fassone, Le Jeudi, 8 décembre 2016

Les défis de la fonction RH au Luxembourg

Partenaires business au sein des entreprises, les services des ressources humaines n'en conservent pas moins un rôle administratif incontournable.

Soutenir la transformation de l'entreprise et renforcer la fonction RH comme partenaire de l'entreprise sont les enjeux essentiels de la fonction RH en 2016, selon l'étude Les défis de la fonction RH au Luxembourg menée cette année par PwC Luxembourg.

Marqueur essentiel de la fonction RH, la gestion des talents suscite différentes interrogations. Dont celle très «administrative» de la gestion des effectifs et de la masse salariale, un enjeu pour 30% des sondés, juste derrière la question du développement des collaborateurs (39%) et devant celle de la fidélisation (30%). Dans ce domaine de la rémunération, deux thèmes d'action se détachent: la stratégie (une préoccupation pour 43% des sondés) et la conformité réglementaire (30% des sondés).

Ce dernier point ne constitue pas une surprise pour Christian Scharff, partner human ressources services, et Bénédicte Burioni, associée people & organisation au sein de PwC Luxembourg. C'est la contrepartie de la forte présence des activités financières dans l'économie. «Une activité sujette à un tsunami réglementaire qui n'aura pas épargné l'aspect ressources humaines.»

Revoir la stratégie et la politique de rémunération est une tendance beaucoup plus générale qui dépasse à la fois les questions réglementaires et les frontières du pays. «Donne-t-on la bonne chose?» est la question qui revient le plus souvent. Actuellement, la tendance est au saupoudrage, «ce qui est loin d'être pertinent.»

Il convient désormais de cibler en mesurant l'intérêt des collaborateurs pour les éléments pouvant composer un pack salarial. «Une opération qui jusqu'alors pouvait se révéler complexe, car l'information était compliquée à obtenir. Aujourd’ hui, la technologie peut nous aider.»

Optimisation toute

De quoi redonner du lustre au concept de «employee value proposition» - la proposition de valeur de l'employé – qui, dans une approche centrée sur le salarié, vise à lui offrir, en contrepartie de son engagement, une rémunération combinant des aspects tangibles (salaire, congés, avantages en nature...) et intangibles (équilibre vie publique-vie privée, culture et valeurs de l'entreprise...). Un élément d'attractivité et de différenciation pour les entreprises dans le cadre de la lutte pour les talents, incontournable en matière d'attraction, d'engagement et de fidélisation.

Cette révision de la stratégie et de la politique de rémunération doit, évidemment, se faire à coûts constants. L'optimisation des coûts de rémunération et des avantages sociaux est d'ailleurs une préoccupation pour 24% des DRH de la Place. La paie, c'est également toute une organisation qu'il convient d'optimiser via l'externalisation ou la dématérialisation. «De tels projets d'optimisation sont plus que jamais d'actualité.»

De fait, cette activité de prime abord anodine ne l'est pas tant que cela. Une part importante des entreprises répondantes avoue des difficultés d'accès à des outils performants ainsi que dans l'organisation de l'activité paie. 42% des sondés considèrent que disposer des ressources compétentes sera un challenge. Ils sont 41% à voir le challenge dans l'optimisation du processus paie et 44% dans le fait de pouvoir travailler avec des outils performants. Dans les faits, 58% des entreprises du Grand-Duché ont externalisé leur service paie.

Elles ne sont par contre que 36% à avoir mis en place une solution de dématérialisation. «Ce sera pourtant une des tendances pour les années à venir, 24% des entreprises ayant répondu non à la question envisagent de dématérialiser leurs bulletins de paie.»

Contact us

Youcef Damardji
Communications & Media Relations
Tel: +352 49 48 48 2507
Email

Follow us